Message (Le)

Étonnants classiques

Nom auteur: 

CHEDID (Andrée)

Titre 2: 

Message (Le)

Nouveaux programmes
EAN: 
9782081390621
Prix: 
3,70 €
Nombre de pages: 
160 pages
Description: 

Dans la rue déserte d'une ville ravagée par la guerre, Marie s'effondre, touchée par une balle alors qu'elle s'apprêtait à rejoindre Steph. Leurs retrouvailles devaient sceller leur réconciliation et l'aveu d'un amour partagé.

Luttant contre la mort, la jeune femme ne désire plus qu'une chose: transmettre un message à Steph pour lui dire qu'elle venait et qu'elle l'aime.

D'une écriture sèche et brûlante, Andrée Chedid raconte l'agonie de Marie et scande l'absurdité de la guerre, qui meurtrit les corps et sépare les amants.

Pdf de toute l'etude: 

Lecture de l’image

Corrigé des questions de la partie « Histoire des arts », p. 152-153.

 

  •  Marc Riboud, Jeune Fille à la fleur (1967), Washington (États-Unis), p. 5 du cahier photos.

1. Le Pentagone est un bâtiment qui se trouve à Arlington en Virginie, près deWashington, la capitale fédérale des États-Unis. Cet édifice abrite le quartier général du département de la Défense où travaillent civils et militaires. Son nom provient de la forme de son plan, un pentagone. Il est le symbole de l’état-major et de l’armée, et, en cela, de la guerre.

Le 21 octobre 1967, la marche du Pentagone, organisée par le National Mobilization Committee (« Comité de mobilisation nationale » pour arrêter la guerre du Vietnam), commence par un rassemblement de 100 000 personnes au Lincoln Memorial, qui se dirigent ensuite vers le Pentagone. Cet événement regroupe tous les opposants à la guerre : se côtoient étudiants plus ou moins politisés, hippies, intellectuels connus ou non, manifestants respectueux de la légalité et adeptes de la désobéissance civile, partisans de l’action non violente et violente. La marche se voulait à la fois légale et non violente, afin de dramatiser la situation d’une façon telle qu’elle mobiliserait l’attention de toute la nation.

2. Des soldats anonymes, casqués, gantés et armés font face à une jeune fille brandissant une fleur. Les uns sont le symbole du pouvoir, de la force et de la violence (leur attitude belliqueuse renforce cette dimension) ; tandis que la jeune fille, par métonymie, représente l’ensemble des manifestants qui s’opposent à la poursuite de la guerre au Vietnam.

3. La photographie est construite sur différentes oppositions : gauche/droite ; homme/femme ; pluriel/singulier ; sombre/ clair ; horizontal/vertical ; flou/net ; lignes droites/courbes ; armes/fleur ; symbole phallique/virginité…

4. Le mouvement hippie est un courant de contre-culture apparu dans les années 1960 aux États-Unis. Les hippies rejetaient les valeurs traditionnelles, le mode de vie de la génération de leurs parents et la société de consommation ; leur pacifisme s’exprimait à travers des slogans célèbres : « Peace and love », « Make love, not war » et « Flower Power », formules frappantes qui signalent leur attachement à la non-violence. La chemise fleurie de la jeune fille, ses cheveux courts traduisent son rejet des modes et mœurs conservatrices ; son geste de prière qui protège une fleur (élément lié à la vie, à la beauté mais aussi à la fragilité) l’associe à une sérénité pacifique.

5. Si le photographe positionne son appareil sur la ligne de front, dans l’espace entre les soldats et la jeune femme, il met néanmoins en valeur cette dernière, grâce à la luminosité et à la netteté de son visage sur l’image. Elle est, pour lui, l’incarnation de la jeunesse contestataire des années 1960, symbole du pacifisme et allégorie de la non-violence.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2