Le Joueur d’échecs

Étonnants classiques

Nom auteur: 

ZWEIG (Stefan)

Titre 2: 

Le Joueur d’échecs

EAN: 
9782081289703
Prix: 
3,70 €
Nombre de pages: 
160 pages
Parution: 
27/03/2013
Description: 

Stupeur sur le paquebot qui transporte de distingués voyageurs de New York à Buenos Aires ! Un mystérieux « Me B. » parvient à l’emporter sur le champion du monde en titre du jeu d’échecs. D’où lui vient ce talent, lui qui dit n’avoir pas touché un plateau à damiers depuis plus de vingt ans ? Et quels terrifiants souvenirs assombrissent cette victoire ?

Illustration du raffinement de la barbarie nazie, doublée d’une œuvre de fiction savamment orchestrée, cette nouvelle que Zweig rédige un an avant de se donner la mort, le 22 février 1942, a valeur de témoignage historique.

Extrait Eden: 
Pdf de toute l'etude: 

Comment représenter la Shoah ?

■ Art Spiegelman, Maus (1981-1991),
cahier photos de l’édition, p. 7

 

1. Quels animaux sont présents sur cette image ? Comment comprenez-vous le choix de l’auteur ?

Dans Maus, les juifs sont représentés par des souris et le tenancier américain par un chien. On peut aisément deviner que les nazis sont des chats. Reprenant le procédé de la fable, ce recours à l’animalisation de l’homme crée une mise à distance de la réalité tout en en permettant la narration et la lecture.

2. Comment pouvez-vous repérer deux époques différentes dans cette page ?

Entre la partie gauche et la partie droite de la planche, nous observons deux temps différents. À gauche, le temps du récit rétrospectif du père ; à droite, le moment de la situation d’énonciation auquel appartient le narrateur.

3. Quel élément indique qu’il s’agit d’une œuvre autobiographique ?

Le père présente son fils : « Artie », qui est évidemment Art Spiegelman, l’auteur de Maus. Il s’agit donc d’une œuvre autobiographique.

4. Comment l’auteur montre-t-il la présence du nazisme ?

Comme s’il était caché, le nazisme est seulement suggéré par le dessin du chemin qui forme une croix gammée.

 

 

■ Roberto Benigni, La vie est belle (1998), cahier photos de l’édition, p. 8

 

1. Quels éléments indiquent que les personnages se trouvent dans un camp de concentration ?

Le titre même de La vie est belle résonne comme une antiphrase ou comme une proclamation. À leur costume rayé et à l’étoile jaune qui s’y trouve cousue, on comprend que les personnages sont dans un camp de concentration.

2. Quel sentiment le visage du père exprime-t-il ?

Le père ne semble pas abattu, son visage est exalté. Il refuse la résignation.

3. Comment comprenez-vous la démarche du cinéaste qui utilise la comédie pour parler de la Shaoh ?

Le réalisateur Roberto Benigni recourt à la comédie pour évoquer la Shoah : c’est un stratagème pour raconter l’indicible.

 

Images du joueur

 

■ Geri’s Game, de Jan Pinkava (1997),
cahier photos de l’édition, p. 5

 

1. Quel indice laisse penser que c’est le même personnage qui joue des deux côtés de la table ?

Le vieillard jouant du côté des pions blancs présente une ressemblance troublante avec celui manipulant les pions noirs. On peut donc penser que le personnage est sénile et a sombré dans la démence en jouant une partie contre lui-même (le court-métrage suit cette explication).

2. Quel élément permet de distinguer le personnage jouant les pions noirs de celui qui avance les pions blancs ?

Seule différence visible entre les deux images : le vieillard qui avance les pions blancs porte des lunettes.

3. Effectuez des recherches sur le court-métrage de Jan Pikava. En quoi ce film d’animation rappelle-t-il le thème du Joueur d’échecs de Zweig ?

Comme Le Joueur d’échecs, cette histoire met en scène un dédoublement de personnalité à travers une partie d’échecs, jeu qui requiert des qualités relevant presque de la schizophrénie de la part des adversaires.

 

 

■ Sur écoute (The Wire), de David Simon et Ed Burns (2008),
cahier photos de l’édition, p. 5


1. En quoi cette scène peut-elle paraître surprenante ?

Tirée de The Wire (Sur écoute), la dernière image place les échecs dans une situation inattendue : dans la banlieue de Baltimore, au milieu des dealers.

2. Quel est le rôle du personnage central ?

Le personnage explique la partie aux deux autres en utilisant la référence du trafic de drogue.

3. Dans quel but les échecs sont-ils utilisés ici ?

Ici, les échecs sont une représentation de la société. D’ailleurs, le personnage central sera bientôt éliminé comme un pion.

 

■ Turc mécanique (1783), cahier photos de l’édition, p. 4

 

1. Effectuez des recherches sur le Turc mécanique. Expliquez comment fonctionnait cet automate.

L’automate du « Turc mécanique » est une escroquerie, avec un être humain dissimulé à l’intérieur.

2 et 3. Une machine capable de jouer aux échecs : quelle comparaison cette « invention » invite-t-elle à effectuer ? Quelles ressemblances peut-on trouver entre ce Turc mécanique et Czentovic ?

On peut se demander si la machine est humaine ou pas. Ou bien quelle est la proximité de l’homme avec la machine. Cet « automate » a pu inspirer Zweig, puisqu’il désigne Czentovic par ce mot. Celui-ci symboliserait alors une forme d’escroquerie intellectuelle, comme le nazisme.

 

■ Le Septième Sceau, de Bergman (1957), cahier photos de l’édition, p. 6

 

1. Identifiez la Mort et le chevalier. À quoi les reconnaissez-vous ?

Sur l’image extraite du Septième Sceau, la Mort est placée à gauche et est habillée de noir (c’est un homme). Le chevalier est à droite, il porte une cotte de maille.

2. Selon vous, que signifie le geste du chevalier ?

Il tend la main pour tirer au sort celui qui aura les blancs et ouvrira le jeu.

3. À votre avis, quel est l’enjeu de la partie ?

Ici, dans un monde ravagé par la peste, le chevalier joue pour sa survie.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2