Inconnu à cette adresse

Étonnants classiques

Nom auteur: 

KRESSMANN TAYLOR (KATHRINE)

Titre 2: 

Inconnu à cette adresse

Nouveauté: 
NOUVEAUTÉ
EAN: 
9782081272682
Prix: 
3,50 €
Nombre de pages: 
128 pages
Description: 

Une longue et solide complicité unit Max et Martin, deux associés marchands d’art. En 1932, Martin retourne vivre en Allemagne, tandis que Max, juif américain, demeure en Californie. « Je crois que Hitler est bon pour le pays, mais je n’en suis pas sûr », lui confie bientôt Martin.

Un sombre pressentiment envahit Max à mesure que son compagnon espace leur correspondance. L’Histoire aura-t-elle raison de leur amitié ?

Le dossier de l’édition restitue l’intrigue dans son contexte historique. En lien avec l’histoire des arts, le volume propose un cahier photos d’une quinzaine de documents (tableaux, photos d’archives, image de films, affiches et dessins). Il retrace l’arrivée de Hitler au pouvoir, la mise en place d’un antisémitisme d’État et les rapports entre art et nazisme.

Extrait Eden: 

Arno Breker, Der Wätcher (La Garde, 1938),

cahier photos, p. 3 (voir dossier de l’édition, p. 120)

Introduction

Présentez l’œuvre, en indiquant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, sa date de création et son contexte historique.

Der Wächter (La Garde) est un bas-relief de l’Allemand Arno Breker, un artiste favorable au nazisme. L’œuvre a été sculptée en 1938. Les nazis sont alors au pouvoir depuis cinq ans, et ont entrepris de « mettre au pas » la culture, en créant des institutions qui contrôlent le monde de l’art : désormais, ce dernier ne doit servir qu’à exalter les valeurs du national-socialisme.

Description

1. Comment le personnage est-il vêtu ?

Le personnage est nu, seulement vêtu d’une cape qui vole au vent, sans recouvrir son corps.

2. Quelles sont les caractéristiques de son corps et de son visage ?

Son corps est musclé et vigoureux. Son visage présente des traits durs.

3. Avec quels accessoires est-il représenté ?

Il est représenté avec un bouclier et un glaive.

Interprétation

1. Quels traits de caractère Arno Breker a-t-il voulu mettre en scène à travers ce personnage ?

À travers ce personnage, Arno Breker a voulu représenter le courage et la détermination.

2. Observez le dessin pour enfants d’Elvira Bauer (image du cahier photo) : de quel personnage pouvez-vous rapprocher le guerrier d’Arno Breker ?

Le guerrier peut être rapproché de l’Aryen type dessiné par Elvira Bauer : ces deux personnages ont la même carrure et des traits semblables.

3. De quoi ce personnage est-il alors « le gardien » ?

Ce personnage représente un Aryen idéal. L’image d’Elvira Bauer sert à inculquer aux enfants la différence qui, selon les nazis, distingue les Aryens et les juifs. Ces derniers sont désignés comme des ennemis des Aryens, car leur « race impure » risquerait de contaminer le « sang pur » des Allemands. En rapprochant cette œuvre de celle d’Arno Breker, on comprend que le personnage sculpté est bien « le gardien » de la « race aryenne », au sens où sa mission est de combattre tous ceux qui risquent de la mettre en péril, au premier rang desquels se trouvent, selon les nazis, les juifs.

4. Quelle est la fonction des éléments antiques ?

Les éléments antiques – le bouclier rond (semblable à celui des hoplites grecs) et le glaive romain – font de la lutte de la race aryenne pour sa propre préservation un combat ancestral.

Conclusion

Pourquoi peut-on parler d’œuvre de propagande ?

Il s’agit bien d’une œuvre de propagande car, d’une part, elle est destinée à propager dans l’esprit des Allemands le stéréotype de l’Aryen surpuissant et, d’autre part, elle indique aux hommes une conduite modèle : celle du guerrier.

 

■ Wolf Willrich, La Famille (1939)

cahier photos, p. 3 (voir dossier de l’édition, p. 122)

Introduction

Présentez l’œuvre, en indiquant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, sa date de création et son contexte historique.

La Famille est un tableau peint par Wolf Willrich en 1939. À l’époque, les nazis sont au pouvoir en Allemagne. Wolf Willrich leur est favorable.

Description

1. Qui sont les six personnages représentés sur ce tableau ? Que font-ils ?

Le tableau représente tous les membres d’une famille : la mère donne le sein à un nourrisson sous le regard du père. Trois autres enfants du couple sont représentés : une fille, qui regarde le nourrisson, une autre, plus jeune, qui joue avec une poupée et un garçon qui, au sol, semble occupé à planter quelque chose dans la terre.

2. Dans quel décor sont-ils placés ?

Ils sont placés dans un décor champêtre, dans lequel la nature est harmonieuse et maîtrisée par l’homme : les fleurs, comme les légumes, ont été soigneusement cultivées.

3. Quelles sont les caractéristiques des couleurs choisies par l’artiste ?

Les couleurs choisies par l’artiste sont à la fois chatoyantes et douces. Le jaune, en accord avec le blond de la chevelure de tous les membres de la famille, domine.

Interprétation

1. D’après ce tableau, quels sont les rôles respectifs du père et de la mère de famille ?

D’après ce tableau, le rôle de la mère est de mettre au monde les enfants, puis de s’en occuper, et en particulier de les nourrir. Les deux fillettes sont d’ailleurs exhortées à suivre le modèle de leur mère : la plus âgée observe attentivement la manière dont elle donne le sein au nourrisson, tandis que la plus jeune se prépare à son futur rôle de mère en jouant à la poupée. Le rôle du père est quant à lui de veiller sur sa famille : il est le plus grand personnage du tableau et entoure de ses bras à la fois son épouse et sa fille. Le garçon de la famille sait qu’il est destiné à assurer les revenus du ménage qu’il fondera : contrairement à sa petite sœur qui joue, il est déjà occupé à planter des graines qui assureront sa subsistance.

2. Dans cette œuvre, l’artiste a-t-il cherché à embellir la réalité ?

On peut dire que l’artiste a cherché à embellir la réalité, pour donner l’impression d’harmonie et de bonheur, dans cette famille qui représente l’idéal aryen.

3. Quels sentiments cherche-t-il à susciter chez le spectateur ?

Il cherche à susciter l’admiration du spectateur et l’envie d’atteindre l’idéal représenté.

Conclusion

En quoi l’image de la famille proposée par l’artiste fait-elle écho à l’évolution du personnage de Martin dans Inconnu à cette adresse ?

On peut faire un rapprochement entre ce tableau et l’évolution du personnage de Martin dans la nouvelle. Dans les premières lettres, on apprend qu’il a entretenu, bien que marié, une liaison avec Griselle. Pourtant, une fois arrivé en Allemagne, il se conforme peu à peu au rôle de mari que lui assigne l’idéologie nazie. Sa femme met au monde plusieurs enfants et reste à la maison pour les élever, tandis que lui se consacre à sa carrière de haut dignitaire nazi. Il prend soin d’inculquer l’idéologie nazie à ses enfants, et en particulier à ses fils, qui sont inscrits dans les Jeunesses hitlériennes – institution en charge de la formation des jeunes Allemands, dont elle entend faire de parfaits nazis.

Otto Dix, La Famille de l’artiste (1927),

cahier photos, p. 5 (voir dossier de l’édition, p. 122-123)

Introduction

Présentez l’œuvre, en indiquant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, sa date de création et son contexte historique.

La Famille de l’artiste est un tableau peint par Otto Dix en 1927, c’est-à-dire six ans avant l’arrivée des nazis au pouvoir. Une fois Hitler nommé chancelier, Otto Dix sera considéré comme un artiste « dégénéré », et ses œuvres condamnées.

Description

1. Qui sont les quatre personnages représentés par Otto Dix ? Que font-ils ?

Le tableau représente les quatre membres d’une même famille : la mère, le père (Otto Dix lui-même) et leurs deux enfants, une petite fille et un nourrisson. Le père et la mère observent le nourrisson, tandis que la petite fille lui tend une fleur.

2. Quelles sont les caractéristiques physiques et l’expression du visage de chacun d’eux ?

Loin des figures longilignes et des corps idéaux des membres de la famille peinte par Willrich, la famille d’Otto Dix est représentée avec des corps imparfaits, rebondis, comme celui de la mère, ou tordus, comme celui du père. De même, leurs visages ne sont pas sereins : si la mère et la petite fille esquissent un sourire, le père comme le nourrisson affichent une figure grimaçante.

3. Quelle couleur domine dans ce tableau ?

C’est le rouge qui domine dans ce tableau.

Interprétation

1. L’autoportrait d’Otto Dix est-il flatteur ?

2. Dans ce tableau, l’artiste a-t-il cherché à embellir la réalité ?

3. Quels sentiments cette peinture suscite-t-elle alors chez le spectateur ?

L’autoportrait d’Otto Dix n’est absolument pas flatteur. En effet, il ne s’agit pas, pour l’artiste, d’embellir la réalité, mais de la montrer sous un jour inédit. Ainsi, cette peinture ne suscite guère d’admiration pour le sujet représenté, mais diffuse plutôt un sentiment de malaise (renforcé par l’utilisation de la couleur rouge).

Conclusion

En comparant ce tableau avec La Famille de Wolf Willrich, expliquez pourquoi les nazis ont associé cette toile à l’« art dégénéré ».

C’est précisément parce que Otto Dix n’a pas cherché à embellir la réalité que son œuvre a été assimilée à « l’art dégénéré » : bien loin de vouloir propager, comme le fait l’art allemand officiel, une idéologie reposant sur un modèle univoque et imitable, l’artiste a veillé à représenter la réalité de manière inattendue. Sa toile donne l’impression d’une famille aimante, mais provoque toutefois un sentiment d’étrangeté, voire de malaise, chez le spectateur. Il ne s’agit pas d’imposer une façon de penser au public, mais au contraire de l’inciter à réfléchir par lui-même en s’éloignant des stéréotypes attendus. On comprend dès lors pourquoi cette forme d’art pouvait apparaître comme un danger aux yeux des nazis, qui s’employaient à formater une société uniforme.

John Heartfield, Comme au Moyen Âge… et sous le Troisième Reich,

cahier photos, p. 7 (voir dossier de l’édition, p. 124-125)

Introduction

Présentez l’œuvre, en indiquant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, sa date de création et son contexte historique.

Ce photomontage, intitulé Comme au Moyen Âge… et sous le Troisième Reich est l’œuvre de l’artiste allemand John Heartfield. Il date de 1934. Les nazis sont alors au pouvoir depuis moins d’un an.

Description

1. Que représente l’image située dans la partie supérieure de l’œuvre ?

La partie supérieure de l’œuvre représente un homme subissant la torture de la roue.

2. En quoi l’image située dans la partie inférieure lui ressemble-t-elle ?

De même, on observe, dans la partie inférieure de l’œuvre, un homme supplicié.

3. Quel élément a changé ?

Un élément important a changé : dans la partie inférieure, la croix gammée a remplacé la roue.

Interprétation

1. Quelles sont les deux périodes historiques que rapproche l’artiste à travers ce montage ?

L’artiste rapproche le Troisième Reich qu’entend créer Hitler du Moyen Âge, considéré dans l’imaginaire collectif comme une période violente et irrationnelle.

2. Qu’est-ce qui justifie ce rapprochement ?

C’est la violence utilisée par les nazis pour prendre et préserver leur pouvoir qui justifie ce rapprochement.

3. Quelles critiques John Heartfield adresse-t-il aux nazis à travers le rapprochement de ces deux images ?

Heartfield reproche aux nazis de faire régresser l’Allemagne et de la faire entrer dans un nouvel âge sombre.

Conclusion

Quelles réactions l’artiste cherche-t-il à susciter chez le spectateur ?

L’artiste cherche à choquer le spectateur afin de l’inciter à se défaire du carcan idéologique imposé par la propagande nazie.

 

■ Victor Brauner, Sans titre – Hitler (1934),

cahier photos, p. 6 (voir dossier de l’édition, p. 125-126)

Introduction

Présentez l’œuvre, en indiquant le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, sa date de création et son contexte historique.

Ce portrait de Hitler est l’œuvre du peintre roumain Victor Brauner. Comme le photomontage de John Heartfield, il a été réalisé en 1934, un an après l’arrivée au pouvoir de Hitler.

Description

1. À quoi reconnaît-on Hitler sur ce tableau ?

On reconnaît Hitler à la forme de son visage, et surtout à sa moustache caractéristique.

2. Quels objets transpercent son visage ?

Son visage est transpercé par une multitude d’objets : on reconnaît par exemple un glaive, un marteau, un clou et un parapluie.

3. Quelles couleurs dominent dans cette œuvre ?

Les couleurs dominantes sont le noir et le marron, qui contrastent avec le rouge du sang de Hitler.

Interprétation

1. Pourquoi peut-on rapprocher cette toile d’une scène de rêve ?

Cette toile évoque une scène onirique grâce à sa dimension surréaliste. Tout se passe comme si le peintre réussissait, dans un monde imaginaire, à retourner contre Hitler toute la violence de son programme.

2. De quels sentiments à l’égard de Hitler témoigne-t-elle ?

Elle témoigne ainsi d’un sentiment de haine profonde envers Hitler.

3. Comparez-la avec l’affiche mettant en scène un portrait de Hitler, légendé du slogan Ein Volk, ein Reich, ein Führer : quel est l’effet recherché dans chacune des deux œuvres ?

On peut mettre en perspective ce tableau avec l’affiche mettant en scène un portrait de Hitler, légendé du slogan Ein Volk, ein Reich, ein Führer (cahier photos, p. 1). Alors que l’image de propagande met en scène un chef tout-puissant et vise à susciter l’admiration, Victor Brauner dégrade la figure du Führer et dénonce sa violence.

Conclusion

Pourquoi peut-on dire que ce tableau lutte contre la propagande nazie ?

Avec cette œuvre, il s’agit certainement pour Victor Brauner de lutter contre la propagande nazie, en proposant une alternative qui dévoile un autre visage – le vrai visage – du nouveau chancelier allemand. On peut rapprocher le travail de Brauner de celui de Charlie Chaplin dans Le Dictateur, quelques années plus tard. Bien qu’il s’agisse d’une comédie à l’esthétique bien éloignée de celle du peintre roumain, le réalisateur américain prend également le contre-pied de l’image officielle de Hitler (telle que la présente la propagande), en tournant sa volonté de puissance en ridicule.