Poésie, j'écris ton nom

Étonnants classiques

Introduction à la poésie
Anthologie

Nom auteur: 

COLLECTIF

Titre 2: 

Poésie, j'écris ton nom

Nouveaux programmes
EAN: 
9782081336575
Prix: 
3,30 €
Nombre de pages: 
128 pages
Description: 

« Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne », « La Cigale ayant chanté/ Tout l’Été… », « Que sont mes amis devenus ? », « Heureux qui, comme Ulysse… », « Mignonne, allons voir si la rose… », « Je vis, je meurs : je me brûle et me noie », « je m’en allais, les poings dans mes poches crevées »… Que de vers fameux !

Qu’ils évoquent les saisons, les animaux, l’amour, l’amitié ou le temps qui passe, les poètes nous bercent de leurs douces harmonies. Ce recueil invite les élèves à partir à leur rencontre, à les suivre dans leur rêverie, à goûter leur fantaisie et s'imprégner de leur musique.

Réunissant les textes en six groupements thématiques, l'édition permet une initiation progressive à la poésie, à ses motifs, à ressources et à ses formes. Le dossier contient des questionnaires de lecture et des exercices pour s’entraîner à lire les poèmes de façon expressive.

Bibliographie: 
  • « Le blog des petits poètes » : http://www.ac-nancy-metz.fr/petitspoetes/
       
    Découvrez « le blog des petits poètes » hébergé par l’académie de Metz-Nancy et entièrement dédié à la poésie : un espace d’échanges qui publie les poèmes d’élèves et propose de nombreuses ressources pédagogiques (activités d’écriture et de lecture à mener en classe).

Lecture de l’image 1 : représentation du poète et de l’inspiration poétique

■ Nicolas Poussin, L’Inspiration du poète, 1629-1630, Giorgio De Chirico, Portrait [prémonitoire] de Guillaume Apollinaire, 1914, et Eugène Lami, illustration pour les œuvres d’Alfred de Musset, 1883, cahier photos de l’édition, p. 2-3.

1. Comparez le tableau de Giorgio De Chirico avec la représentation classique du poète que donne Poussin : quels éléments communs peut-on identifier ?

Pour étudier le tableau de De Chirico, on peut rappeler tout d’abord que le peintre et son frère firent partie du cercle d’artistes qu’Apollinaire réunit autour de lui dans les années 1910 à Paris. Au sein de ce groupe, Apollinaire s’identifie à la figure d’Orphée, poète de la mythologie grecque. En 1911 paraît notamment son recueil de poèmes Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée. Les illustrations de ce recueil, réalisées par Raoul Dufy, associent la figure d’Orphée à ses attributs traditionnels, la lyre et les poissons (selon la légende, les poissons jaillissaient des eaux pour écouter le chant d’Orphée).

Voir pour plus de détails le site du centre Pompidou, où le tableau est exposé.

http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-a2d5a4f4...

Pour peindre Apollinaire, Giorgio De Chirico privilégie l’image du poète visionnaire. Le regard de la statue, caché par une paire de lunettes noires, évoque le don de l’écrivain : ce dernier peut contempler le monde invisible.

De même, dans le tableau de Poussin, le poète, à la droite du tableau, est représenté le regard levé vers le ciel, sans prêter attention au monde qui l’entoure.

On peut aussi noter la présence dans les deux tableaux d’une lyre, mais d’une lyre surprenante : chez Giorgio de Chirico, le symbole du coquillage évoque la lyre et, dans le tableau de Poussin, l’instrument est dépourvu de cordes. Ces images étonnantes symboliseraient-elles le mystère de la création poétique ?

Enfin, les deux tableaux sont tournés vers les origines antiques de la poésie. Pour Poussin, il s’agit de représenter le poète tel que l’Antiquité gréco-romaine le voyait, grâce à la figure d’Apollon au centre du tableau, dieu de la musique et de la poésie. On remarque d’ailleurs que sur le sol se trouvent les œuvres du poète grec Homère et du poète latin Virgile, figures exemplaires et canoniques de poètes dans l’Antiquité. Dans le tableau de Chirico, la filiation avec l’Antiquité s’opère via la figure d’Orphée comme on l’a vu. Dans les deux cas, ces toiles montrent le poète comme une figure sacrée.

2. En quoi, dans l’illustration d’Eugène Lami, la figure du poète romantique est-elle radicalement différente ? Observez la posture du poète, les contrastes de la gravure, etc.

La représentation de Lami est différente parce qu’elle présente une figure de poète romantique : le romantisme met l’accent sur l’expression des sentiments personnels du poète, qui, dans son œuvre, évoque son propre rapport au monde.

Dans cette illustration, on voit le poète laissé dans l’ombre de ses tourments, recroquevillé sur ses souffrances intérieures. Il ne regarde pas la Muse, divinité de la poésie dans la mythologie grecque, qui se tient au-dessus de lui, lumineuse.

L’organisation de la gravure montre que le lien entre l’inspiration et l’expression des sentiments n’est pas évident. De cette rupture entre deux ordres bien distincts naît la mélancolie du poète. Paradoxalement, c’est cette tristesse qui semble être la source d’inspiration du poète. Cette gravure montre que la poésie de Musset trouve son origine dans une forme de souffrance, créant un lyrisme pathétique.

Lecture de l’image 2 : des poèmes illustrés – l’exemple des Fables de la Fontaine

■ encadrement de Lorenz Frölich pour une édition de 1866 des Fables, cahier photos de l’édition, p. 4.

1. Rappelez-vous le sujet de la fable « Le Corbeau et le Renard » : quelle en est la morale ?

La fable « Le Corbeau et le Renard » met en scène deux animaux. Le Renard rusé flatte le Corbeau « tenant en son bec un fromage ». Sensible aux compliments exagérés du Renard, le Corbeau tente alors de montrer sa « belle voix », et, ouvrant la bouche, perd son bien. Cette fable critique donc la flatterie mensongère, autant que la faiblesse et l’orgueil de celui qui s’y laisse prendre.

2. Identifiez les différents personnages représentés dans la gravure de Lorenz Frölich : comment aident-ils à construire le sens de la fable ?

Les gravures montrent une variété d’interprétations possibles à ce poème.

Tout d’abord, le graveur propose une interprétation « littérale » du texte : il met en scène les deux animaux ainsi que la chute du fromage. Ces premières images sont donc plutôt narratives.

Ensuite, on trouve une illustration présentant des personnages « à l’antique », c’est-à-dire qui ressemblent aux statues de l’Antiquité gréco-romaine. Ce jeune homme et cette jeune femme, dénudés, peuvent figurer des amants : la flatterie de l’amour se trouve ici dénoncée. La deuxième page nous montre qu’aucune relation humaine n’est épargnée par les maux de la flatterie et de l’orgueil, pas même la relation d’un enfant à sa mère.

Enfin, les dernières illustrations mettent en évidence le sens potentiellement politique de la satire : l’artiste représente des courtisans contemporains de La Fontaine et des membres du clergé. Il révèle ainsi à quel point la fable peut avoir une portée critique, spécifiquement politique ou sociale.

En proposant divers sens possibles, ces différentes illustrations montrent le fonctionnement allégorique de la fable (ou apologue). Elle porte une signification cachée sous son sens littéral, et son but est argumentatif, voire polémique.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2