Médée

Étonnants classiques

Nom auteur: 

CORNEILLE

Titre 2: 

Médée

EAN: 
9782081295629
Prix: 
3,30 €
Nombre de pages: 
192 pages
Description: 

Pour chaque titre de gloire du héros Jason, son épouse Médée a commis un crime. Pour lui, elle a trahi son pays, tué son frère et poussé des jeunes filles à assassiner leur père. Le couple vit en exil à Corinthe avec ses deux fils, jusqu’à ce que Jason s’éprenne de la fille du roi. Qu’il l’épouse, et il héritera du trône. Médée, elle, sera bannie du royaume. Mais la femme répudiée est une magicienne, experte en poisons comme en sorcellerie. Meurtrie dans sa fierté autant que dans son amour, Médée va user de tout son art pour frapper dans sa chair l’infidèle Jason.

Objets magiques, rebondissements, effets de scène spectaculaires : pour la première tragédie de sa carrière, Corneille transpose le mythe grec de Médée dans l’esthétique baroque. En insistant sur la puissance et sur l’aura infernale de son héroïne, l’auteur du Cid fait du récit de sa vengeance une forme d’apothéose du mal.

Cette édition est préconisée pour l’étude du théâtre dans les classes de Troisième (« Théâtre : continuité et renouvellement ») et de Seconde (« La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme »).

Richement annoté, le volume est accompagné d’un lexique de la langue classique, de groupements de textes qui étudient les sources antiques et la postérité du mythe de Médée, ainsi que d’un cahier photos couleurs de 8 pages qui servira de support à l’enseignement de l’Histoire des arts.

Pdf de toute l'etude: 

Lecture de l’image 1 : Médée dans la peinture du xixe siècle : Médée furieuse

 

■ Eugène Delacroix, Médée furieuse (1838), cahier photos de l’édition, p. 4.

 

1. Décrivez le tableau de Delacroix.

Le tableau de Delacroix (1838) représente Médée avec ses enfants, cachés dans une grotte. La composition du tableau est triangulaire : Médée est située au centre de l’image et tient contre elle ses deux enfants presque nus qui tentent visiblement de se dégager de son étreinte. Elle est armée d’un poignard (main gauche) et regarde à sa droite d’un air angoissé, comme si elle redoutait d’être découverte. Elle apparaît comme une femme grande et imposante, aux cheveux bruns dénoués reflétant son caractère sauvage, et à la poitrine nue rappelant ses qualités de mère et d’épouse. Elle porte de riches bijoux : un diadème, signe de sa haute naissance, des boucles d’oreille et un bracelet. Médée est représentée dans toute son ambiguïté : mère et épouse, sauvageonne et princesse, cruelle et maternelle. Ces oppositions relèvent de l’esthétique romantique, qui allie le sublime et le grotesque pour provoquer l’émotion chez le spectateur.

2. Quel moment du mythe ce tableau représente-il ?

Ce tableau représente le moment où Médée s’apprête à tuer ses enfants. De nombreux indices en sont donnés : le poignard qu’elle tient dans sa main gauche (la main sinistre), son air profondément perdu, les enfants à demi nus qui tentent de se dégager, le détail de la caverne.

3. Quelles couleurs Delacroix a-t-il employées ? Que symbolisent-elles ?

Les tons bruns et chauds de la grotte tranchent avec le bleu verdâtre du monde extérieur, du côté gauche du tableau. Cette couleur permet également de mettre en valeur la robe sombre de Médée qui oscille entre le rouge et le noir. Ces tons prennent une valeur symbolique : le rouge signifie à la fois le sang et la passion, alors que le noir symbolise la mort, le deuil et le caractère maléfique de la meurtrière.

4. Comment la lumière est-elle répartie dans le tableau ? Quelle signification ces jeux de lumière peuvent-ils avoir ?

La lumière vient de la gauche, c’est-à-dire de la trouée vers le monde extérieur. Cette mise en scène permet de mettre en valeur plusieurs détails. D’abord, elle attire l’œil du spectateur sur la blancheur éclatante du corps de l’un des enfants. Ce jeu de lumière semble insister sur la candeur de ce dernier, sa jeunesse et sa fragilité, et rend l’idée du meurtre plus monstrueuse encore. Ensuite, la lumière baigne le haut du corps de Médée, révèle sa poitrine et sa puissante silhouette, et crée un effet de contraste saisissant avec ses vêtements pourpres et noirs. Le personnage semble fort et robuste. Enfin, le bas de son visage est éclairé tandis que ses yeux sont dans l’ombre. Par ce procédé, le peintre a sans doute voulu souligner une nouvelle fois l’ambiguïté de Médée, voire l’aveuglement généré par sa haine.

Lecture de l’image 2 : Médée dans la peinture du xixe siècle : Jason et Médée

 

■ Gustave Moreau, Jason et Médée (1865), cahier photos de l’édition, p. 5.

 

1. Décrivez précisément le tableau de Moreau.

Le tableau de Gustave Moreau (1865) représente Jason et Médée. Les deux personnages sont placés au premier plan. Le deuxième plan évoque la nature par ses couleurs vert-brun. L’arrière-plan laisse deviner un paysage lointain grâce à une perspective en demi-teinte dans les gris-bleu.

Les deux personnages sont presque nus : Jason porte un pagne et ce qui ressemble à une plume, ainsi que son épée. Médée tient une fiole et est revêtue d’une dentelle végétale qui met en valeur son corps mince. Jason, qui est en contrapposto, pose doucement le pied sur un aigle blessé. À gauche du couple, on aperçoit une colonne dorée symbolisant un bélier.

2. Quels objets appartenant à la légende de Jason pouvez-vous reconnaître ?

On peut reconnaître un certain nombre d’objets ayant trait au mythe. Jason tient une épée, ce qui rappelle son caractère héroïque et guerrier. L’aigle sur lequel il pose son pied représente – étrangement – le dragon qu’il a vaincu. La colonne dorée au bélier représente la Toison d’or. Médée tient une fiole, symbole de sa magie et instrument de ses exploits et de ses crimes. C’est grâce à cette fiole qu’elle endort le dragon, mais aussi qu’elle empoisonnera la robe de Créuse. Enfin, la dentelle végétale qui recouvre son corps n’est autre que de l’hellébore, une plante venimeuse.

Gustave Moreau était symboliste : son tableau propose une interprétation du mythe qui condense un grand nombre de motifs dans un décor naturel dont il exploite la valeur symbolique.

3. Comment le peintre a-t-il rendu sensible la ressemblance entre les deux personnages ?

Les deux personnages se ressemblent car ils sont tous deux pâles, minces, nus et blonds. Ils sont à peu près de la même taille et de la même carrure. On pourrait parler d’androgynie si le pagne de Jason n’insistait pas tant sur sa masculinité. Les deux personnages pourraient être frère et sœur.

4. À quoi voit-on que Médée domine déjà Jason ?

On voit que Médée domine déjà Jason. En effet, elle est placée légèrement en hauteur. En outre, si Jason regarde l’objet qu’il tient en main, Médée le regarde, lui, et semble le guetter. Elle pose sa main sur son épaule dans un geste à la fois protecteur et dominateur. Enfin, la colonne de la Toison d’or est surmontée d’un Sphinx, monstre mi-femme mi-lionne que Moreau a déjà mis en scène dans son tableau Orphée (1865). Cette créature mythologique pourrait être le symbole de ce qu’est réellement Médée sous son apparence de frêle jeune fille blonde : une femme-monstre capable de tuer le jeune homme. Ainsi, cette peinture fait ressentir une légère angoisse au spectateur devant ces indices du mythe.

5. À quel moment du mythe ce tableau fait-il allusion ?

Le tableau fait allusion à l’époque des amours de Jason et Médée, après la conquête de la Toison d’or et avant la trahison de Jason à Corinthe.

Lecture de l’image 3 : les représentations scéniques du personnage de Médée

 

■ Le personnage de Médée dans les mises en scène de Jean-Louis Martinelli (2009), Jacques Lasalle (2000), Laurent Fréchuret (2009) et Paulo Correia (2013) et l’affiche du film Médée de Pasolini (1969), cahier photos de l’édition, p. 6-8.

 

1. Décrivez ces quatre incarnations de Médée (pièces choisies, actrices, costumes, postures, expressions du visage…).

La Médée incarnée par Odile Sankara est noire. Elle porte une robe d’un bleu très profond qui met en valeur non seulement la couleur de sa peau mais aussi ses longs cheveux sombres. Elle regarde le ciel et brandit le poing, comme possédée.

La Médée incarnée par Isabelle Huppert est pâle, mince, avec les cheveux roux mi-longs. Elle porte une robe blanche qui met en valeur ces caractéristiques. Elle a les traits tirés mais semble étrangement calme, presque spectrale.

La Médée incarnée par Catherine Germain est pâle et rousse elle aussi, mais elle porte une robe brun-rouge et les cheveux longs. Ses grands yeux clairs, plissés dans une expression de colère, reflètent sa fureur.

La Médée incarnée par Gaëlle Boghossian est pâle et brune, coiffée d’un chignon sophistiqué. Elle porte une longue robe noire très décolletée à corolles. Elle a l’air superbe et maléfique.

2. Quelle est l’originalité de chaque spectacle ? Sur quel aspect du personnage le metteur en scène a-t-il voulu insister ?

Odile Sankara incarne une Médée noire : la mise en scène insiste surtout sur sa qualité d’étrangère et d’exilée. Isabelle Huppert est davantage maternelle et apaisée : c’est la femme trompée mais relativement sereine. Catherine Germain représente une Médée brisée par le chagrin et prête à tout pour se venger. Quant à Gaëlle Boghossian, c’est une Médée maléfique qu’elle interprète, rappelant sa qualité de sorcière et évoquant les reines cruelles des contes de fées.

3. Comparez la photo de Maria Callas dans le film de Pier Paolo Pasolini avec les clichés des photographies théâtrales. De quelle mise en scène cette photographie est-elle la plus proche ? Comment Médée est-elle représentée ?

La photo représente une Médée pâle, brune, à l’air mystérieux. Elle est maquillée et couverte de bijoux dans un style oriental. Elle est majestueuse. On peut la rapprocher de la photo de Gaëlle Boghossian : toutes deux ont l’air mystérieuses et dangereuses. Elles rappellent que Médée est une sorcière sûre d’elle dont il faut se méfier. Toutefois, l’accumulation de bijoux que l’on remarque sur la photo de Maria Callas rappelle aussi qu’il s’agit d’une étrangère venue d’Orient, tout comme le personnage d’Odile Sankara.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2