Fleurs du mal (Les)

Étonnants classiques

Nom auteur: 

BAUDELAIRE

Titre 2: 

Fleurs du mal (Les)

EAN: 
9782081336568
Prix: 
3,40 €
Nombre de pages: 
288 pages
Description: 

En 1857, le couperet de la censure tombe sur Les Fleurs du mal : Baudelaire est contraint de supprimer plusieurs pièces d'un édifice poétique conçu avec fureur et patience.  La blessure est immense mais le «guignon» se révèle bientôt «bénédiction» : en 1861, paraît la deuxième édition des Fleurs du mal ; de nombreux poèmes enrichissent le recueil et le dotent d'une modernité géniale. Peuplé de créatures sensuelles et de monstres hideux, parfumé de myrrhe et de sang, ce «maître-livre de notre poésie» (Yves Bonnefoy) extrait la beauté des noires immondices et dévoile la condition tragique de l'homme, partagé entre volupté et souffrance, entre désir d'absolu et goût du vice.  Prince des nuées déchu ou mage investi d'une mission prophétique, le Poète offre à l'aveugle humanité ses fleurs maladives.

Le dossier de l'édition reproduit deux des projets de préface des Fleurs du mal, dans lesquels Baudelaire éclaire ses intentions poétiques. Il consacre également un groupement de textes à la représentation du poète au xixe siècle.

Pdf de toute l'etude: 

Lecture de l’image 1 : entre spleen et idéal

■ Félicien Rops, frontispice du recueil Les Épaves de Charles Baudelaire ; Georges Rouault, Squelette, gravure no 9 pour Les Fleurs du mal ; Henri Matisse, Luxe, calme et volupté, cahier photos, p. 4-5.

1. Dans les images de la page 4, quels éléments évoquent la double inspiration des Fleurs du mal, entre spleen et idéal ?

Les deux images de la page 4 illustrent la double inspiration de l’œuvre de Baudelaire, le « spleen » et l’« idéal ». Ainsi, le frontispice des Épaves met en scène un squelette-arbre, au-dessus d’ossements de cheval gisant sur un parterre d’herbes et de fleurs de chardon, ce qui rappelle le titre du recueil. Mais l’attitude effrayante du squelette détonne avec la présence de son cœur, apparent au centre de l’image. Le poème semble jaillir de cet univers sinistre, comme le montrent les lettres du titre dessinées au bout des branches, ainsi que le nom de Baudelaire. Toute l’illustration est structurée par un mouvement vers le haut : le squelette lève ses bras-branches, regarde le ciel, et de la cime de l’arbre surgissent des êtres ailés, peut-être des créatures maléfiques, peut-être des anges. L’image retranscrit ainsi l’idée d’élévation.

De même, pour illustrer Les Fleurs du mal, Rouault choisit de peindre un squelette, en soulignant l’importance des thèmes de la mort et de la destruction. Représenté paradoxalement dans des couleurs chaudes (rouge et orange), le squelette paraît se replier sur lui-même, dans une attitude qui rappelle celle d’un penseur concentré sur sa vie intérieure. Dans le même temps, l’image d’un astre bas dans le ciel, peut-être la lune, suggère une aspiration à l’idéal.

2. Quelle impression se dégage du tableau de Matisse ? En quoi illustre-t-il l’œuvre de Baudelaire ? 

Le tableau de Matisse reprend en titre le refrain de « L’Invitation au voyage », dont il exprime le rêve de calme et de sérénité. Élaboré selon une technique pointilliste, en couleurs pastel, il donne à voir une scène de bord de mer : des femmes dénudées déjeunent sur la plage. En choisissant ce sujet osé, Matisse évoque le parfum de scandale qui se dégage de l’œuvre du poète.

Lecture de l’image 2 : Les Fleurs du mal de Baudelaire, spectacle théâtral

■ Les Fleurs du mal de Baudelaire, mise en scène de Françoise Courvoisier, cahier photos, p. 8.

1. Comment est représenté le poète ? Décrivez-le précisément.

Vêtu d’habits contemporains (jeans, veste et chemise), le poète arbore une apparence décontractée mais qui reste élégante. Il se tient assis en tailleur, sur une couverture étendue dans l’herbe, ce qui suggère un pique-nique. Son regard perdu dans le lointain semble indiquer que l’artiste cherche l’inspiration.

2. Quels éléments de cette mise en scène sont directement inspirés des Fleurs du mal ?

La mise en scène donne à voir deux des thèmes du recueil de Baudelaire : l’évocation de la nature, à travers le décor (arbre, tapis de verdure), et la recherche des plaisirs sensuels, qui se lit dans la présence du vin et d’une femme à l’attitude lascive.

3. Quelle impression se dégage de cette scène ?

L’image évoque une scène de séduction : la jeune femme, au rouge à lèvres soutenu et à la robe noire transparente, semble se délecter des paroles du poète. Ce dernier paraît absorbé, tout à son inspiration. De la scène se dégage l’impression d’une fusion avec la nature et d’une simplicité des plaisirs convoqués.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2