Le Horla et autres contes fantastiques

Étonnants classiques

Nom auteur: 

MAUPASSANT

Titre 2: 

Le Horla et autres contes fantastiques

Nouveaux programmes
EAN: 
9782081395831
Prix: 
2,80 €
Nombre de pages: 
160 pages
Description: 

Dans son journal intime, un homme note, comme un détail curieux, que la bouteille de lait sur sa table de nuit semble se vider toute seule pendant qu'il dort. Plus curieux encore, ce phénomène étrange se renouvelle chaque soir… Le narrateur décide d’enquêter sur ce détail inexplicable, jusqu’à ce que, de la curiosité à la peur et de la fièvre à la folie, il croie découvrir un être invisible… Récit fondamental du genre fantastique, « Le Horla » est ici au cœur d’une anthologie qui explore toutes les facettes du dérangeant et de l’étrange chez Maupassant.

Le dossier propose un extrait des autres versions du « Horla » et des groupement de textes sur le fantastique et sur la folie dans la littérature du xixe siècle.

 

Un cahier photos couleurs de 8 pages servira de support à l’enseignement de l’histoire des arts. Conformément aux recommandations des programmes, il permettra d’aborder la relation entre récit fantastique et surréalisme.

Pdf de toute l'etude: 

Lecture de l’image 1 : le miroir, reflet énigmatique


■ René Magritte, La Reproduction interdite, 1937 (cahier photos, p. 3)

En introduction, le professeur présentera brièvement le surréalisme comme mouvement littéraire et artistique du xxe siècle qui a pour but d’explorer l’inconscient et l’imaginaire, représenté par des auteurs tels qu’André Breton, Louis Aragon ou Philippe Soupault, et des peintres comme Salvador Dalí et René Magritte. Le lien entre surréalisme et fantastique est explicite, les surréalistes ayant revendiqué les auteurs fantastiques parmi leurs sources d’inspiration. On relèvera ainsi que le livre présent sur le tableau de René Magritte est un ouvrage d’Edgar Allan Poe, autre grand nom du fantastique au xixe siècle.

Les élèves se répartiront par petits groupes et répondront aux questions du dossier portant sur La Reproduction interdite de René Magritte, figurant dans le cahier photos de l’édition. On invitera chaque élève à exprimer ses propres hypothèses et à faire valoir sa sensibilité, après quoi chaque groupe livrera un compte rendu oral de l’étude.

Le tableau représente un phénomène extraordinaire : un homme se regarde dans un miroir qui lui renvoie le reflet, non de son visage, mais de son dos. L’aspect le plus troublant de ce tableau est que cette incohérence ne frappe pas tout de suite l’œil ; elle heurte la raison en créant un effet de surprise. Cependant, en observant de près le jeu de reflets, on s’aperçoit que le cadre du miroir comme le livre posé contre la glace sont, eux, réfléchis de façon logique.

En ce sens, cette image reprend le procédé du fantastique à l’œuvre dans Le Horla : le mélange d’aspects réalistes et d’éléments surnaturels. À côté d’un événement qui relève de l’impossible (le reflet qui n’en est pas un, comme si le miroir s’interdisait de reproduire l’homme), cette peinture présente des objets ordinaires (livres, miroir, costume) qui sont traités sur le mode réaliste. Ces détails accentuent l’étrangeté du reflet opposé de l’homme.

Lecture de l’image 2 : une adaptation du Horla en BD

 

■ Éric Puech et Frédéric Bertocchini, Le Horla, Les Éditions du Quinquet, 2012 (cahier photos, p. 8).

1. Quelle expression a le visage du personnage sur les trois vignettes ? Quelle évolution remarquez-vous entre la première et la troisième image ?

Le visage du personnage a une expression de surprise mâtinée de crainte. Les traits évoluent de l’étonnement à une stupeur si puissante que le visage semble se pétrifier entre la deuxième et la troisième vignette.

2. Comment le Horla est-il représenté ?

Le Horla est représenté par une masse sombre, qui évoque l’ombre d’un homme. Si elle ressemble fortement à la silhouette du personnage principal dans les deux premières vignettes, elle est dessinée de profil dans la troisième vignette, ce qui interdit de croire qu’il ne s’agit que d’un jeu de reflets dans le miroir. Le trouble du lecteur s’en trouve ainsi accru.

3. Commentez le jeu de lumière.

Le jeu de lumière exprime la confrontation de deux entités, le narrateur et le Horla. Le premier est éclairé, l’autre figuré par une ombre. Mais, progressivement, la noirceur du Horla envahit les vignettes jusqu’à en occuper près de la moitié. L'opposition entre le narrateur et la créature est aussi mise en évidence par le gros plan sur le reflet du personnage dans le miroir. Plus on s’en approche, plus l’ombre du Horla est importante. De plus, dans la troisième vignette, la source de lumière (la lampe) bascule : le lecteur peut ainsi imaginer que les ténèbres ne feront que s’épaissir.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2