Le Petit Chaperon rouge et autres contes

Étonnants classiques

Nom auteur: 

GRIMM

Titre 2: 

Le Petit Chaperon rouge et autres contes

Nouveaux programmes
EAN: 
9782081336551
Prix: 
2,90 €
Nombre de pages: 
192 pages
Description: 

Dans un univers où la magie et le rêve se mêlent à la réalité, les personnages des contes de Grimm se retrouvent souvent dans des situations périlleuses et inquiétantes. Mais la bonté l'emporte toujours sur la méchanceté, l'humour sur la peur et la ruse sur la force, nos vaillants héros parviennent avec malice à se tirer d'affaire.

Le dossier propose des exercices pour découvrir les secrets de fabrication des contes : chiffres et formulettes magiques, événements merveilleux, héros modestes et vertueux... Il souligne la parenté de certains récits des frères Grimm avec les contes de Perrault.

Un cahier photos couleur de 8 pages servira de support à l'enseignement de l'histoire des arts.

Lecture de l’image 1 : Les Contes de l’enfance et du foyer

■ Illustrations de Walter Crane pour Household Stories by the Brothers Grimm, traduction anglaise des Contes par Lucy Crane, Macmillan and Company, 1886, cahier photos, p. 3.

1. Observez les illustrations de cette page, tirées d’une célèbre édition anglaise des contes des frères Grimm, et retrouvez les titres des contes représentés.

 

 Le dessin du haut de la page illustre le conte « Jean-la-Chance », le dessin du milieu « Les Musiciens de la fanfare de Brême », le dessin du bas « Les Trois Fileuses ».

2. En quoi ces images mettent-elles en avant aussi bien le réalisme que le merveilleux des contes ?

 

Dans la première illustration, on retrouve des éléments réalistes (paysage, village, costumes traditionnels des personnages, activités agricoles), représentés également dans le deuxième dessin (façade et fenêtre de la maison) et le troisième (tenues vestimentaires, activité de rouerie, outils). Les éléments merveilleux sont visibles dans la deuxième image, où les animaux de Brême s’animent pour former une pyramide. Sur le dessin du bas de la page, les proportions extraordinaires de chacune des trois fileuses sont suggérées par la longueur du pouce de la troisième femme.

Lecture de l’image 2 : les contes sur scène et à l’écran

■ Le Petit Chaperon rouge, pièce de théâtre de Joël Pommerat ; Le Petit Chaperon en sweat rouge, pièce de théâtre de D’ de Kabal ; publicité de Chanel no 5 par Luc Besson ; Red Hot Riding Hood, film d’animation de Tex Avery, cahier photos, p. 5 et 6.

1. Sur les quatre représentations du Petit Chaperon rouge (voir cette page et la suivante), quels indices permettent de reconnaître le conte ?

 

Chacune des images reprend des éléments traditionnels du conte des frères Grimm. Dans la mise en scène de Pommerat, on reconnaît le loup et le personnage d’une jeune fille ; dans celle de D’ de Kabal, les vêtements sombres du personnage de gauche contrastent avec le sweat à capuche rouge de la jeune fille de droite ; le dessin animé de Tex Avery montre un loup regardant une femme en robe rouge, et la publicité Chanel met en scène une jeune femme en robe de soie rouge.

2. Relevez les éléments qui témoignent d’une transposition moderne du récit.

 

Aux éléments traditionnels, chaque interprétation ajoute des éléments modernes. Dans la mise en scène de Pommerat, le personnage féminin porte des habits modernes, aux couleurs sombres (un pantalon noir et un pull rayé noir et blanc). C’est le loup qui a revêtu une capeline, et cette dernière est blanche.

D’ de Kabal met le Petit Chaperon rouge à la mode contemporaine, en lui faisant porter des vêtements urbains : sweat, jeans, bottes, sac à dos. Le loup n’est plus un animal mais un homme, en tenue de sport noire, à capuche, qui chante dans un micro.

Tex Avery imagine le loup arborant un smoking du loup, alors que le Petit Chaperon rouge est en petite tenue et juchée sur des talons hauts, telle une pin-up américaine à la mode dans les années 1940.

Dans la publicité de Chanel, la jeune femme porte du rouge à lèvres de couleur intense, dans un décor où l’on distingue la silhouette scintillante de la tour Eiffel.

3. Quelle image du Petit Chaperon rouge chacune de ces représentations nous donne-t-elle ? Quels aspects de sa personnalité sont mis en valeur ?

Les images du Petit Chaperon rouge sont différentes d’un document à l’autre. Pommerat représente ce personnage sous les traits d’une jeune femme aux allures enfantines ; elle semble presque complice du loup, qui lui murmure son stratagème à l’oreille.

Dans la mise en scène de D’ de Kabal, le Petit Chaperon rouge paraît plus averti et farouche : c’est avec méfiance que la jeune femme écoute le loup, penché vers elle pour la convaincre.

Le film d’animation de Tex Avery comme la publicité de Chanel font du Petit Chaperon rouge une séductrice, prête à céder facilement aux avances d’un loup/homme, dont elle sollicite l'attention soit par sa tenue légère, soit par son attitude aguicheuse.

Galerie Photos
Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2