Tristan et Iseut

Étonnants classiques

Nom auteur: 

ANONYME

Titre 2: 

Tristan et Iseut

Nouveaux programmes
EAN: 
9782081274549
Prix: 
2,80 €
Nombre de pages: 
192 pages
Description: 

Alors qu’il la conduit en terre de Cornouailles, Tristan partage par erreur un philtre d’amour avec Iseut, pourtant promise au roi Marc.

La boisson magique scelle à jamais le destin des deux jeunes gens, tout empreint de joie et de souffrance : la belle épousera Marc, sans parvenir à oublier Tristan…

Bientôt, des voix condamneront ce fol amor. Pourra-t-il leur résister ?

L’édition explique la genèse du récit (des premiers manuscrits à la version de Bédier, ici adaptée à un public de jeunes lecteurs) et restitue le roman dans son contexte culturel (initiation à l’ancien français, découverte de l’univers de la chevalerie et  étude de l’expression des sentiments). Son cahier photos s’intéresse aux représentations du mythe à travers les arts.

Proposition de lecture cursive, en lien avec ce texte : Cinq Histoires d’amour et de chevalerie, d’après les Lais de Marie de France.

Extrait Eden: 
Fichier attachéTaille
Fiche élèves n° 0149.33 Ko
Fiche élèves n° 0261.86 Ko
Fiche élèves n° 0341.21 Ko
Fiche élèves n° 0439 Ko
Fiche élèves n° 0538.43 Ko
Fiche élèves n° 0638.24 Ko
Fiche élèves n° 0740.13 Ko
Pdf de toute l'etude: 

■ Scribes, manuscrits, enluminures,
cahier photos, p. 1 (voir dossier de l’édition, p. 178-180)

Document 1 (en haut)

1. Que fait le personnage de gauche ?

Il s’agit d’un scribe, sans doute un moine copiste. Son attitude semble studieuse.

2. Décrivez le mobilier et le cadre qui lentourent. À quelle catégorie sociale ce personnage appartient-il ? Que suggère son attitude sur la nature du travail quil effectue ?

Le mobilier est riche, constitué, entre autres, d’un large pupitre. Une colonne richement travaillée marque la séparation entre deux espaces.

3. Observez les lignes et les courbes qui structurent lespace. Quels sont les deux univers représentés dans la même miniature ?

La colonne centrale trace une ligne verticale qui sépare l’espace du moine copiste de l’espace des chevaliers : trois chevaliers armés avec heaumes, écus.

Document 2 (en bas)

Une page de manuscrit

1. Recherchez létymologie du mot « manuscrit ».

Le mot « manuscrit » vient du latin manus, « la main », et scriptus « écrit ».

2. Cette page a été divisée en zones soigneusement définies et confiées à différents artistes. Combien en identifiez-vous ? Donnez un nom à chacune, en précisant les différents corps de métier quelles font intervenir.

Les trois zones sont : la marge décorée, le texte, l’image.

Régularité du texte

1. Observez attentivement la partie dédiée au texte : quest-ce qui permet au copiste daligner correctement ses lettres ?

Il doit d’abord tracer des lignes avec une plume fine.

2. Comment la première lettre du texte est-elle mise en valeur ?

La première lettre d’un texte est toujours enluminée. Cette enluminure porte le nom de lettrine, lettre capitale de corps supérieur à celui du texte et quelquefois ornée, par laquelle on fait commencer le texte d’un chapitre.

3. Sachant que le mot « calligraphie » vient des termes grecs kallos (« beauté ») et graphein, (« écrire »), quelle définition pouvez-vous en donner ?

La calligraphie est l’art de former des caractères d’écriture élégants et ornés.

Présence des décors

1. Quobservez-vous autour du texte ?

Autour du texte, on peut voir une marge décorée dans laquelle reviennent certains motifs ornementaux comme les fleurs.

Importance de lillustration

1. Comparez la place accordée au texte et celle faite à limage. Que pouvez-vous en déduire ?

L’image occupe près des trois quarts de la page. Elle est aussi importante que le texte.

2. En vous aidant de la légende, identifiez les épisodes représentés. Quels détails de lœuvre vous permettent de répondre ?

Les épisodes représentés sont : Tristan et Iseut quittant l’Irlande (au premier plan à gauche), Tristan buvant le philtre d’amour (la nef au premier plan), et le moment où les corps des amants sont ramenés en Irlande (voile noire).

Bilan

1. En vous aidant de vos réponses précédentes, déduisez le radical et le sens du mot « enluminure ».

Le mot "enluminure" est formé sur le radical lumen ("lumière", en latin). Il désigne un manuscrit ornementé dans lequel la couleur, en particulier les dorures, occupe une grande place.

2. Quel est le rôle dune enluminure ?

Il s’agit de mettre en lumière un texte, c’est-à-dire d’en souligner la valeur.

■ Différentes représentations de la scène du philtre,
cahier photos, p. 2-3 (voir dossier de l’édition, p. 180-181)

Les quatre documents

1. Présentez chacun des documents en vous aidant de sa légende (époque, nature et auteur des illustrations).

2. Sur chaque document, identifiez Tristan et Iseut et décrivez précisément la position des deux personnages.

3. Dans chacune de ces œuvres figurant la scène du philtre, quel moment les artistes choisissent d’illustrer ? Quelles visions de l’amour traduisent-ils (amour courtois, amour passionnel ou fusionnel) ?

4. Parmi ces représentations, quelles sont celles qui font du philtre un élément aussi important que les deux personnages ?

Le document 1 suggère un amour courtois : les deux amants sont séparés par un échiquier. Le document 3 présente une version plus théâtralisée de la scène qui évacue le contexte puisque les amants ne se trouvent plus sur un bateau. Le document 2 met l’accent sur l’union des deux amants : les courbes de la broche suggèrent en effet un baiser.

Les documents 2 et 3 font du philtre un élément aussi important que les deux personnages : les proportions de la coupe, peu réalistes, en accentuent la symbolique, et l’usage des couleurs renforce sa présence sur l’image.

Document 1

1.  se trouvent les deux amants ?

Les deux amants se trouvent sur une nef. On notera le caractère naïf de la représentation de la mer et du bateau.

2. Que pouvez-vous dire sur la taille du bateau ?

Les proportions ne sont pas respectées. La représentation apparaît comme naïve car le plus important réside dans la représentation des deux amants.

3. À votre avis, qui sont les deux personnages entourant Iseut ? Dans les autres documents, les deux amants de Cornouailles sont-ils seuls ? Que font les autres personnages ?

Les deux personnages sont des serviteurs. L’homme tient un coutret de vin ; la femme, sans doute une suivante, pourrait être Brangien.

4. Selon vous, que peut symboliser l’échiquier au centre de l’illustration ?

On peut proposer deux pistes pour interpréter la présence de l’échiquier au centre de l’illustration. À partir de 1200, le jeu d’échecs se répand dans toutes les couches de la société. Dès lors, les ecclésiastiques entreprennent une moralisation des mœurs à travers ce jeu. Le traité Innocente Moralité déclare que « le monde ressemble à l’échiquier quadrillé noir et blanc, ces deux couleurs symbolisant les conditions de vie et de mort, de bonté et de péché. Les figurines sont les hommes de ce monde […] réunis par une même destinée malgré leurs conditions respectives différentes ». On peut également rappeler le but du jeu d’échecs qui est d’empêcher un roi de se déplacer pour le proclamer « mat » (c’est-à-dire mort).

Document 2

1. Lartiste a-t-il distingué premier et second plans ? Pourquoi ?

Dalí n’a pas distingué premier plan et second plan ; ainsi, selon un effet d’optique, peut apparaître comme plus important, soit le couple, soit la coupe.

2. Observez les différentes lignes (traits et courbes) de la broche : que suggèrent-elles ?

Les différentes lignes (traits et courbes) de la broche proposent un effet de symétrie et mettent donc symboliquement l’accent sur la réciprocité de l’amour. Les lignes de la broche approchent les bouches des amants en suggérant un baiser.

3. De quel couleur est le philtre ? Que symbolise cette couleur ?

Le philtre est rouge, tel un rubis : il s’agit de la couleur de la passion.

Document 4

1. Décrivez avec précision l’espace dans lequel s’inscrivent les deux personnages.

Les personnages se trouvent sur un large et riche bateau, dont sont visibles le pont et une partie de la coque. Certains détails rappellent les origines celtiques de la légende. Au premier plan, Tristan et Iseut semblent protégés du reste de l’équipage par un lourd pan de la coque. L’impression d’intimité est accentuée par la présence de riches étoffes qui créent comme un décor de théâtre.

2. Comment Iseut est-elle représentée ? Observez sa gestuelle, la couleur de sa robe. Que suggèrent-elles ?

Le personnage d’Iseut se détache au premier plan. Elle se tient debout, les bras écartés (posture christique). Le regard du spectateur est attiré par la blancheur de sa peau et de ses vêtements, qui symbolise sans doute son innocence. On notera cependant qu’Iseut la Blonde est ici brune.

La mort des amants de Cornouailles,
cahier photos, p. 4-5 (voir dossier de l’édition, p. 182-183)

Document 1 : l’union des amants

1. Observez Iseut. Comment est-elle représentée ? Quels sont les signes de sa royauté ? Quelle couleur lui est associée ?

Au premier plan se détache Iseut. Elle se tient au chevet de Tristan : elle tient son amant enlacé et pourtant elle n’est pas entièrement tournée vers lui. On la reconnaît à sa blondeur, à ses signes de royauté : couronne, robe bleue.

2. Observez le personnage de Tristan. Décrivez-le. Que suggère sa position ?

L’enluminure fait le choix de mettre en avant la fragilité, la vulnérabilité de Tristan : il est allongé, les yeux clos, et l’énorme bandage qui lui entoure la tête contraste avec sa nudité.

3. Décrivez l’espace dans lequel évoluent les deux amants. Que représente-t-il ?

L’espace dans lequel évolue les amants est celui, intime, de la chambre : un énorme lit occupe l’essentiel de l’image (estrade, tentures, formes géométriques…).

4. Comment la force de l’amour qui unit Tristan et Iseut est-elle suggérée ?

Les deux amants sont enlacés au premier plan, dans ce qui semble être leur dernière étreinte : entrelacement des bras, baiser qui met en avant le caractère charnel de l’amour qui unit les deux amants. Leur union est également symbolisée par celle des couleurs opposées : le rouge (couleur de la passion) et le bleu.

5. Contrastant avec l’intimité du couple, la présence du groupe de personnages à l’arrière-plan rappelle un motif important de la légende. Lequel ?

Le deuxième groupe de personnages à l’arrière-plan – le roi Marc avec une couronne, des chevaliers avec des épées et écus, un homme d’église au bonnet rouge – contraste avec la scène intimiste du premier plan.

Document 2 : la blessure de Tristan

Un tableau courtois

1. Quels personnages se détachent au premier plan ?

Tristan et Iseut occupent le premier plan.

2. Décrivez Tristan. Que fait-il ?

Tristan, tourné vers Iseut, joue de la harpe. Il se tient debout et incarne ici à la fois une figure de poète une certaine forme d’amour courtois.

3. Décrivez Iseut. Quelle est sa position. Que suggère-t-elle ?

Iseut se tient assise. On la reconnaît à sa couronne. Elle semble écouter la musique jouée par Tristan. Une certaine harmonie se dégage du couple, liée à l’homogénéité des costumes.

4. Décrivez l’espace dans lequel se trouvent les deux amants.

Les deux amants se tiennent dans une chambre (la scène est intimiste) : un large lit sur estrade occupe l’arrière-plan.

5. Quelles sont les couleurs dominantes de cette illustration ?

Un grand rideau rouge (couleur qui symbolise la passion) structure l’espace.

Une scène de vengeance

1. Observez le personnage au second plan, dans la partie gauche de l’illustration. Qui est-il ? À quoi le reconnaissez-vous ?

Le regard est simultanément attiré vers la gauche du tableau par un personnage. Il s’agit du roi Marc, que l’on identifie grâce à sa couronne.

2. Que fait-il ? Le roi provient de l’extérieur de la chambre. En équilibre sur le chambranle de la porte, il tient à deux mains une épée et poignarde Tristan.

La dramatisation

1. Repérez les lignes verticales et diagonales qui structurent l’illustration. Quelle ligne horizontale vient rompre cet équilibre ?

La partie gauche du tableau est structurée par de grandes lignes verticales (le rideau, l’encadrement de la porte) qui créent un espace harmonieux. Les diagonales du lit sont redoublées par le carrelage en damier. L’épée forme une ligne horizontale qui vient rompre cet équilibre.

2. L’illustration oppose deux espaces. Lesquels ? Par quels moyens ?

Les couleurs chaudes, dont le rouge de la passion pour l’espace intime de la chambre, s’opposent aux couleurs froides, dont le bleu qui symbolise une extériorité menaçante.

3. Comment la violence de la scène est-elle suggérée ?

La violence de la scène est suggérée par la présence du sang qui jaillit de la blessure de Tristan : il suggère la fulgurance de la douleur. Il s’agit d’une scène cruelle au sens étymologique du terme.

Deux personnages antithétiques

1. Quels objets s’opposent dans cette enluminure ?

Deux objets s’opposent dans cette enluminure : l’épée de Marc, liée à l’univers violent des guerriers, et la harpe de Tristan, liée à l’univers plus raffiné des poètes.

2. Où Marc frappe-t-il Tristan ? Que suggère ce geste ?

Marc frappe Tristan dans le dos (« par mi l’eschine »), en traître. L’idée d’une vengeance est ici évoquée et rappelle en arrière-plan le triangle amoureux et l’adultère. La scène réintroduit le mari, personnage ambivalent dans notre version (jaloux puis miséricordieux). Le spectateur est placé du côté des amants et Marc est représenté comme un personnage négatif.

Mise en scène de l’opéra de Wagner,cahier photos, p. 6 (voir dossier de l’édition, p. 184-185) Document 1 : mise en scène de l’opéra de Wagner par Peter Sellars Peter Sellars choisit, dans sa mise en scène, d’interroger la modernité de l’opéra grâce à la vidéo. Il s’agit ici du dernier acte. Description 1. De quoi se compose le décor ? Le décor est composé d’un écran sur lequel sont projetées des images symboliques tout au long de la représentation. Il occupe toute la hauteur du plateau. La vidéo est de Bill Viola. On notera la grande sobriété de la mise en scène avec dominante du noir. 2. Que voyez-vous sur la vidéo ? Sur la vidéo, un observe un élément aquatique, un couple, qui donne une impression de légèreté (suggérée par les bulles). 3. Que pouvez-vous dire des costumes des différents personnages présents ou représentés sur scène ? Les costumes sont très sobres, sombres et modernes. Ils incitent à se poser la question suivante : la légende ne serait-elle pas transposable à notre époque ? Analyse 1. Que peut représenter symboliquement l’image de la vidéo ? À quels épisodes de la légende peut-elle faire référence ? La banquette triangulaire peut servir à la fois d’estrade, de lit… et maintient l’ambivalence entre couche nuptiale et couche funèbre. 2. Observez les corps de la vidéo et ceux des chanteurs : quelle différence constatez-vous ? Lesquels vous semblent les plus libres et les plus légers ? Que peut souligner ce contraste ? Symboliquement, l’image de la vidéo renvoie à l’importance de l’élément aquatique dans la légende de Tristan et Iseut. Elle permet une plongée dans le monde intérieur des protagonistes. Elle peut également être perçue comme le symbole d’une dissolution possible des corps dans l’élément aquatique et la représentation métaphorique d’une élévation finale. Documents 2 et 3 : mise en scène de l’opéra de Wagner par Alex Ollé Alex Ollé choisit de se consacrer, dans sa mise en scène, au symbolique. Description 1. Quel élément de mise en scène revient dans les deux actes ? Dans les deux actes, un élément de mise en scène apparaît de manière récurrente : une demi-sphère (dont l’intérieur a été présenté aux spectateurs à l’acte II). Elle se retourne à l’acte III, présentant son extériorité aux spectateurs. 2. Décrivez avec précision le décor de l’acte II. Quelle est la position des personnages ? Que traduit-elle ? Observez les costumes. À quelle époque la scène semble-t-elle se dérouler ? Le décor de l’acte II est marqué par l’image projetée à l’intérieur de la demi-sphère, qui figure le château du roi Marc : meurtrières, portes étroites et escaliers se démultiplient. Les costumes sont modernes ; ce choix permet d’insister sur le caractère intemporel de la légende. 3. Décrivez avec précision le décor de l’acte III. Que suggère la position des personnages ? Décrivez la répartition de la lumière. Dans l’acte III, la sphère est retournée et présente un mur écrasant. Deux « tremplins » occupent l’avant-scène (à la fois lits et bancs). Une ouverture circulaire perce la demi-sphère, comme un hublot. Un personnage est allongé, dans une position qui semble figurer symboliquement la mort. Le personnage de dos, dans l’ouverture, est tourné vers l’extérieur et semble attendre. Analyse 1. Que représente la sphère en plan de coupe à l’acte II ? Quelle impression se dégage de ce décor ? La sphère représente ici le château du roi Marc et semble suggérer une intériorité accueillante, même si émergent des rapports de domination. 2. Au cours de cet acte, des images sont projetées à l’intérieur de la sphère. À votre avis, quel décor représentent-elles ? Les images projetées à l’intérieur de la sphère semblent représenter une tour, puis l’image de la forêt du Morois. 3. À l’acte III, la sphère est retournée : on n’en voit que l’extérieur. À quoi vous fait-elle penser ? Selon vous, sur quoi s’ouvre la lucarne ronde qui s’y trouve percée ? Quelle impression se dégage de ce décor ? À l’acte III, la sphère retournée présente une extériorité menaçante. L’espace se fait lunaire. Ce mur écrasant met en avant l’idée d’une incommunicabilité des espaces. Le hublot s’ouvre sur la mer, sur Iseut… dans un espace irrémédiablement séparé de l’avant-scène, où Tristan meurt de son attente désespérée.

Tristan et Iseut au cinéma,
cahier photos, p. 8 (voir dossier de l’édition, p. 185-186)

Documents 1 et 2 : affiche du film Tristan et Iseut, de Kevin Reynolds

Description

1. Quels personnages sont présents sur ces affiches ?

Un couple est représenté sur cette affiche : une jeune femme blonde, Iseut, et un beau jeune homme, Tristan.

2. Comment se composent-elles ? Quelles sont les lignes (traits et courbes) qui les structurent ? Comment les personnages sont-ils cadrés ?

La première affiche se compose d’un gros plan sur les visages et met ainsi l’accent sur l’intériorité des personnages. La seconde affiche consiste en un plan américain, qui met davantage l’accent sur l’action.

3. Repérez la part de texte sur chaque affiche ? Quelles indications fournit-il ?

Le texte donne les informations traditionnellement présentes sur une affiche de film : le titre, les acteurs, le réalisateur, etc. Des textes complémentaires proposent des pistes de lecture de la légende : Before Romeo and Juliet, there was Tristan and Isolde (intertextualité) ; « Dans un royaume ravagé par la guerre, un serment plus fort que la mort » (mise en exergue de l’amour-passion).

Analyse

1. Ces affiches mettent chacune l’accent sur un aspect particulier de la légende. Lequel selon vous ?

La première affiche insiste sur l’histoire d’amour : gros plan sur le couple d’amants ; référence explicite à Roméo et Juliette ; noir et blanc qui renforce le caractère dramatique de l’histoire. La seconde insiste sur l’action : mention de la guerre ; représentation de Tristan en combattant ; présence d’une armée à l’arrière-plan.

2. Comment l’amour unissant les deux personnages est-il mis en valeur dans le titre ?

L’amour est mis en valeur dans le titre grâce : au symbole qui unit les deux personnages, et à la couleur rouge qui symbolise la passion.

3. Laquelle de ces affiches inscrit la légende dans une tradition littéraire ? Par quel moyen ? Qu’en déduisez-vous du public auquel est destinée l’affiche ?

La référence à Roméo et Juliette dans la première affiche inscrit la légende dans une tradition littéraire. Il s’agit aussi d’une référence cinématographique au film Roméo + Juliette, de Baz Lurhmann, véritable succès en salle.

Document 3 : affiche du film de Cocteau

Description

1. À quelle technique artistique cette affiche recourt-elle ?

Cette affiche recourt à la technique du dessin (moins moderne que les techniques des documents 1 et 2).

2. Comment est-elle composée ?

La composition de l’affiche est la suivante : titre en rouge ; couple au centre ; décor à l’arrière-plan.

3. Que voit-on au premier plan ? À l’arrière-plan ?

Le visage des deux personnages principaux occupe le centre de l’affiche : il représente l’intimité amoureuse. L’arrière plan figure un paysage surplombé par un château.

4. Quelle place l’affiche accorde-t-elle au titre ? Ce dernier est-il secondaire par rapport à limage ? Quelle remarque pouvez-vous faire au sujet de sa couleur ? Que traduit-elle ?

Le titre est imposant sur la fiche, à la fois en raison de la taille des caractères et de la couleur imposante de la police, le rouge, qui peut évoquer la passion.

5. Quels éléments de la légende reconnaissez-vous ?

Parmi les éléments de la légende, on peut reconnaître : les deux amants, Tristan et Iseut ; le château du roi Marc ; la coupe, le philtre.

6. Selon vous, qui est le troisième personnage de l’affiche ?

Le dernier personnage présent sur l’affiche pourrait être le nain Froncin.

Interprétation

1. Observez l’attitude des deux personnages au centre de l’affiche : que traduit-elle quant à leurs sentiments l’un pour l’autre ? Comparez leur position à celle des deux danseurs du document 2, p. 7, du cahier photos : quels rapprochements pouvez-vous faire ?

Au centre de l’affiche, c’est l’intimité des deux personnages qui est soulignée (convergence des regards ; lascivité de la femme au visage renversé).

2. Comment comprenez-vous ce titre ?

Cocteau écrit : « Ce titre [lÉternel Retour], emprunté à Nietzsche, veut dire ici que les mêmes légendes peuvent renaître sans que leurs héros s’en doutent, éternel retour de circonstances très simples qui composent la plus célèbre de toutes les grandes histoires de cœur. »

Galerie Photos






Galerie vidéo
Mise en Scéne 1
Galerie vidéo mise en scène 1
Mise en Scène 2
Galerie vidéo mise en scène 2